UX et SEO, le duo gagnant

Saviez-vous que l’expérience utilisateur (UX) et le référencement sont des domaines plus liés qu’il n’y parait ? L’expérience de navigation sur la page fait en effet partie des indicateurs pris en compte par Google pour générer et ordonner ses résultats de recherche. Bien que l’UX et le SEO soient deux disciplines différentes, on constate une réflexion commune de plus en plus fréquente sur ces deux aspects, dans l’optique de maximiser les conversions générées par les visites issues des moteurs de recherche.

Du point de vue du référencement, un travail sur l’expérience utilisateur présente plusieurs points positifs tels que :

  • Une hausse du temps moyen par visite
  • Un taux de rebond plus faible
  • Un nombre plus élevé de pages par session

Ces trois aspects indiquent à Google que le site Web a répondu à l’intention de recherche de l’utilisateur et qu’il fonctionne correctement tant du point de vue de l’UX que de l’optimisation du taux de conversion.

Un peu de théorie

Le cerveau humain aime éviter le stress et, bien que nous n’en soyons pas toujours conscients, prendre des décisions est une situation stressante. La mémoire de travail ne peut traiter qu’une quantité limitée d’informations en même temps et toute surcharge d’informations va alors impacter négativement l’apprentissage. Une charge cognitive élevée accable donc l’individu et il est ainsi plus probable qu’il ne termine pas la tâche en cours.

C’est ce que prône la théorie de la charge cognitive de John Sweller. Appliquée au monde numérique, il est ainsi fondamental de réduire l’effort mental des utilisateurs qui visitent un site web, pour éviter toute charge cognitive excessive, ce qui pourrait les amener à mettre fin à leur visite.

La loi de Hick (qui n’est pas sans exception pour les plus connaisseurs) établit d’ailleurs un propos similaire : le temps passé à prendre une décision augmentera en fonction du nombre d’options disponibles pour le décideur et de leur complexité.

Alors se pose la question : Comment réduire l’effort mental ? Il s’agit avant tout de présenter toutes les actions qu’une personne peut effectuer au sein d’un site internet de la manière la plus simple possible : un formulaire concis, un tableau comparatif des produits pour résumer leurs caractéristiques, un moteur de recherche interne de raccourcis au lieu de naviguer page par page au travers de l’arborescence, un accès par un processus d’inscription simple… Ces éléments contribuent tous à réduire drastiquement le taux d’abandon d’un site web s’ils sont accompagnés d’une corrélation avec l’intention de recherche qui a motivé la visite en premier lieu.

Aspects UX

L’expérience utilisateur ne se limite pas à un seul aspect d’un site web. En fait, elle ressemble beaucoup au référencement en ce sens qu’elle est liée à des améliorations au niveau :

  • du contenu
  • de la convivialité et l’accessibilité
  • de la vitesse de chargement
  • de la conception
  • de l’architecture web

Certains de ces aspects sont tellement liés à l’optimisation des sites Web que Google les mentionne explicitement comme des facteurs de classement. C’est le cas des mesures de vitesse de chargement et des Core Web Vitals : « Dans les cas où il y a plusieurs pages avec un contenu similaire, l’expérience de la page devient beaucoup plus importante pour la visibilité sur les pages de recherche. »

Quelques conseils pour une bonne UX (qui bénéficient également au référencement) :

Voici quelques idées d’ergonomie qui, avec un bon contenu (texte, images, vidéos, podcasts, etc.), peuvent contribuer à améliorer les positions dans les résultats naturels de Google :

  • Évitez les mégamenus : ils donnent beaucoup d’informations à la fois pour l’utilisateur et trop de liens non prioritaires qui doivent être suivis par les robots.
  • Divisez les produits ou services en catégories : facilite l’accès à l’information lorsqu’il y a un ordre logique (où les utilisateurs s’attendent-ils à trouver un produit ou un service ?). Il en va de même pour Google lorsqu’il veut connaître le contenu d’un site web.
  • Affichez le nombre de résultats : cela donne à l’utilisateur une idée du volume d’informations à analyser et, si celui-ci est important, il doit avoir la possibilité de les filtrer (trier par prix, pertinence, effectuer une recherche plus spécifique, etc.)
Number of results from the internal search in PC Componentes.

Nombre de résultats affichés lors d’une recherche interne sur le site PC Componentes.

  • Proposez des comparaisons de produits : cela aide à la prise de décision, en donnant un aperçu rapide des points à considérer ainsi que des principales différences entre les produits.
Comparison of prices and features of Netflix plans.

Tableau de comparaison des prix et caractéristiques des abonnements Netflix.

  • Respectez les règles d’utilisabilité : par exemple, la taille des boutons ou leur espacement. Google le souligne également :
Mobile usability errors in Google Search Console.

Erreurs d’utilisabilité mobile listés dans Google Search Console.

  • Tirez parti de ce qui se fait dans le secteur et des bonnes pratiques : les utilisateurs préfèrent tout autant ce qui fonctionne bien que ce qui leur est déjà familier. Il s’agit de l’un des 10 principes d’utilisabilité décrits par Nielsen, l’une des plus grandes personnalités mondiales de l’UX.

Cet ensemble de conseils se résume en une règle simple : les sites Web doivent être conçus pour les utilisateurs, et non pour les robots. En soignant à la fois l’apparence et le contenu, ainsi que le bon fonctionnement, vous satisferez les utilisateurs et donnerez une meilleure image de votre marque à ceux-ci, autant d’éléments qui seront également récompensés par Google, au travers de son classement.

Pour plus d’informations :

Google Design

Nielsen Norman Group

Page Experience (Google)

Conception UX : à quoi ça sert ?

Plus d'informations sur