Blog
Nouveautés et actualités du marketing digital

Rédaction pour le référencement : mythes et astuces pour rédiger sur votre site web

Rocío García

On parle beaucoup de contenu SEO, mais l’approche est souvent trop artificielle ou ancrée dans des pratiques dépassées qui n’ont rien à voir avec la réalité d’aujourd’hui. Afin de bannir certains mythes liés à cet aspect crucial du positionnement dans les moteurs de recherche, nous résumons ici ce que Google attend du contenu web.

 

Le contenu pour le référencement : Ce qu’il ne doit pas être

 

Commençons par le début. Un contenu optimisé pour le référencement ne devrait jamais :

 

  • Afficher une utilisation répétitive et dénuée de sens des mots-clés et de leurs synonymes.
  • Être un texte à rallonge sans objectif clair, sans fil conducteur ou sans information utile.
  • Être un Contenu copié ou similaire à d’autres contenus déjà publiés sur le site web lui-même ou sur d’autres sites.

 

Bien que dans tout autre type de texte, éviter ces pratiques puisse sembler logique, la vérité est que dans le monde du référencement, elles causent un certain nombre de problèmes pour le positionnement des domaines, bien que l’intention initiale soit d’améliorer les classements.

 

Aujourd’hui, nous constatons que de nombreux mythes concernant le contenu continuent d’abonder. Nous allons les aborder ici un par un, en expliquant pourquoi nombre de ces croyances en matière de rédaction SEO ne sont pas efficaces pour votre entreprise, et encore moins pour votre public.

 

Un contenu abondant est-il bon pour le référencement ?

 

Cela dépend. Ces dernières années, Google a travaillé dur pour faire comprendre que tout ce que vous écrivez est destiné aux utilisateurs, et non au positionnement. Il existe une logique dominante derrière ce postulat : si le contenu donne des informations précises et utiles aux utilisateurs, il contribuera à satisfaire l’intention de recherche qui les a conduits à visiter cette URL en premier lieu et sera donc considéré comme « bon ». C’est pourquoi vous aurez davantage de possibilités de mieux positionner vos pages dans les moteurs de recherche. Mais pourquoi perdre 30 minutes à lire quelque chose, si ce que vous voulez savoir peut-être répondu en 5 minutes ?

 

En ce qui concerne les textes longs, Google recommande de ne pas écrire pour écrire : une grande quantité de contenu rédigé pour le référencement sans objectif clair qui n’apporte rien à l’utilisateur est considéré comme étant de faible qualité par rapport à une intention de recherche spécifique et fera également perdre du temps au Googlebot.

 

Lorsqu’il s’agit d’expliquer un service ou un produit, il est préférable de le faire sans perdre de vue la brièveté. Allonger artificiellement le contenu d’une telle page n’améliorera pas le positionnement, même si vos concurrents ont un contenu plus long (mais pas nécessairement meilleur selon Google).

 

Le nombre de mots ou le rapport entre le texte et le code source ne sont pas des facteurs de classement selon le moteur de recherche. En d’autres termes, opter pour un texte de 50 mots ou un texte de 2 000 mots dépendra de l’intention de recherche à laquelle il est censé répondre. Le plus est l’ennemi du mieux lorsqu’il s’agit d’aider l’utilisateur à résoudre sa requête.

 

Dois-je avoir un blog pour mieux me positionner ?

 

Comme le reconnaît Martin Splitt, développeur et porte-parole Google, « disposer d’un blog n’est généralement pas un facteur de classement ».  Un blog peut aider un utilisateur à comprendre le type d’activité d’une entreprise ou le sujet du site Web, mais il n’affecte pas vraiment les performances globales ou le classement.

 

Le principe, une fois encore, est qu’un blog peut apporter une valeur ajoutée et aider l’utilisateur. Dans ce cas, un blog peut être un outil très utile, mais il n’est pas nécessaire en soi pour positionner votre site sur Google.

 

 

Est-il préférable de toujours publier du nouveau contenu ?

 

Lorsqu’il s’agit d’un sujet récurrent qui revient de temps en temps, c’est une bonne idée de revoir le contenu existant pour les cas où il peut et doit être mis à jour. Google accorde de l’importance au contenu unique. Vous devez donc éviter de publier un nouveau contenu s’il est trop similaire à un autre déjà publié, même s’il est canonisé en faveur de l’original.

 

Lorsque Google parle de contenu frais, cela n’est pas synonyme de « nouveau », mais plutôt de mise à jour. Dans les cas où il est préférable de créer du contenu à partir de zéro, nous recommandons de créer des liens vers d’anciens éléments de contenu pour aider l’utilisateur à développer les informations dont il dispose.

 

Lorsqu’il s’agit de répondre à des questions spécifiques, il est préférable de les regrouper plutôt que d’y répondre une par une dans différentes URL : de nombreuses pages avec peu de contenu seront considérées comme étant du « contenu pauvre ». Il est également préférable de répondre aux questions concernant un produit sur la page du produit plutôt que sur une URL distincte.

 

Parmi les avantages de la fusion des contenus pour le positionnement SEO, Google note :

 

  • Un volume plus faible de pages à explorer sur le domaine.
  • Identifier plus facilement la page vers laquelle envoyer les utilisateurs

 

 

Comment Google détermine-t-il si un contenu est mauvais ?

 

Pour savoir ce qui se passe au niveau de l’exploration et de l’indexation, votre meilleur outil est le rapport de performance de la Google Search Console. De nombreuses impressions pour une URL particulière mais peu de clics peuvent indiquer un contenu qui n’est pas adapté aux besoins de l’utilisateur.

 

De même, le fait d’avoir beaucoup de clics mais peu de sessions générant des conversions dans Google Analytics devrait vous faire reconsidérer l’intérêt de ce trafic organique. Peut-être que la mise en œuvre de certains changements dans le contenu pourrait se traduire par plus de profits.

 

Si le contenu de votre domaine est considéré comme spammy ou de mauvaise qualité par Google, le domaine peut avoir de mauvaises performances et ne pas être indexé. Dans le pire des cas, le domaine peut subir une pénalisation manuelle. Si cela se produit, la seule solution est de nettoyer tout ce qui est négatif du point de vue de l’utilisateur.

 

En conclusion, si votre contenu ne fonctionne pas, améliorez-le ou supprimez-le.

 

 

Google reconnaît-il le contenu généré automatiquement ?

 

En règle générale, ce contenu est facilement identifiable et d’une qualité médiocre prévisible. Un exemple serait un domaine où des dizaines de pages de renvoi différentes sont créées, mais où seul l’emplacement change dans le texte. En ce sens, nous vous recommandons d’écrire un contenu profondément différent, afin qu’il ne soit pas considéré comme dupliqué et qu’il soit indexé. Fournir des informations individualisées et rendre le contenu réellement utile à l’utilisateur est la clé pour que ces pages fonctionnent.

 

 

Que considère Google comme du contenu dupliqué ?

 

Le copier-coller à partir de n’importe quel autre site Web (y compris celui du fournisseur lui-même) constitue du contenu dupliqué. En dehors de ces cas évidents, il existe d’autres façons de tomber dans des problèmes de contenu dupliqué interne qui ne sont pas nécessairement intentionnels.

 

Par exemple, dans les domaines qui ont des versions localisées pour différentes régions ou langues, si elles ne sont pas faites correctement, Google les considérera comme des doublons.

 

Un exemple : si une page produit existe avec une version pour la Suisse et une autre pour l’Allemagne avec la même description mais un prix différent, le moteur de recherche les considérera comme identiques. Une erreur courante consiste alors à canoniser une page en pointant vers l’autre. C’est une chose à éviter puisque l’objectif est que l’utilisateur, en fonction de l’endroit où il se trouve ou de la langue qu’il utilise, visite la page la plus pertinente et appropriée à sa situation. Le balisage Hreflang sera privilégié et  aidera Google à comprendre la relation entre les deux pages, sans les considérer comme des doublons mais plutôt en comprenant qu’elles sont destinées à des publics différents.

 

Je veux écrire du contenu utile pour mes utilisateurs, mais je n’ai pas d’idées. Que dois-je faire ?

 

Google a créé Question Hub, un espace où les questions sans réponse sont recueillies directement auprès des utilisateurs pour aider à identifier les lacunes. Il s’agit d’une nouvelle opportunité de créer un contenu unique et pertinent pour vos utilisateurs. Encore en version bêta, Question Hub n’est disponible que pour certains pays.

 

Les directives d’évaluation de la qualité constituent une autre source d’information indispensable pour ceux qui veulent se plonger dans la formulation du référencement : il s’agit d’un document complet expliquant en détail comment les informations sont classées par le moteur de recherche.

 

Conseils pour l’écriture SEO

 

En conclusion, voici les principaux conseils pour créer un contenu efficace pour le référencement :

 

  • Pensez à vos utilisateurs, pas aux robots
  • Utilisez les bons mots-clés pour chaque intention de recherche
  • Écrivez autant que nécessaire pour donner une bonne information : ni plus, ni moins.
  • Soyez original et évitez le contenu dupliqué

 

Si vous avez besoin d’aide pour développer votre contenu web dans une perspective de référencement, n’hésitez pas à contacter All Around Digital.